Formation initiale et continue tout au long de la vie

La formation tout au long de la vie : de la formation initiale à la formation continue en passant par l’alternance

La transformation numérique s’accélère chaque jour et conduit à de grandes mutations du monde du travail, notamment dans la vitesse d’évolution des métiers : 85% des emplois de 2030 n’existeraient pas encore selon une étude publiée par Dell et l’Institut pour le futur. Pour faire face à ces changements et aux nouveaux enjeux qui s’imposent, les entreprises positionnent désormais au cœur de leur stratégie le développement des compétences par la formation initiale et continue tout au long de la vie.

Pour cela, il est impératif de responsabiliser les employés en leur redonnant la possibilité de faire leurs propres choix quant à leur orientation professionnelle, c’est un des objectifs de la réforme de la formation professionnelle en cours, mais il est également nécessaire d’aider les directions formations des entreprises à mettre en œuvre le plan de développement des compétences qui vient remplacer le plan de formation.

La formation professionnelle tout au long de la vie : un droit et une nécessité

Le Code du travail définit précisément la formation professionnelle continue comme une composante de la formation tout au long de la vie :

« La formation professionnelle tout au long de la vie […] vise à permettre à chaque personne, indépendamment de son statut, d’acquérir et d’actualiser des connaissances et des compétences favorisant son évolution professionnelle, ainsi que de progresser d’au moins un niveau de qualification au cours de sa vie professionnelle. […]. Lire l’article en entier

La formation professionnelle continue est donc un droit individuel qui concerne les personnes entrées dans la vie active, c’est à dire les salariés, les travailleurs non-salariés, les demandeurs d’emploi, les travailleurs en situation de handicap, etc. Ces personnes peuvent continuer à se former tout au long de leur vie pour améliorer leurs compétences ou en acquérir de nouvelles.

Quel est l’objectif derrière cette notion ? Le monde du travail change sans cesse et évolue vers de nouveaux métiers, il est donc indispensable de donner les outils nécessaires à chacun pour s’adapter à ces changements, soit en restant opérationnel et performant dans son champ de compétences, soit en changeant de champs de compétences, et donc de métier.

Pour cela, la généralisation de la formation à toutes les catégories de travailleurs est indispensable, qu’elle soit dispensée en alternance ou en formation courte, diplômante ou non, en présentiel ou à distance… Cette stratégie de développement est déjà entrée dans le quotidien des entreprises comme le rappelait la ministre du travail, Muriel Pénicaud, lors de la 16ème université d’hiver de la formation professionnelle.

L’accélération de la transformation digitale pousse à s’adapter… rapidement

Si l’on regarde plus en détail cette étude américaine menée conjointement par l’entreprise Dell et l’Institut pour le Futur qui mentionnait que 85% des « métiers du futur » n’existeraient pas encore, on voit également que le Bureau du Travail américain a quant à lui estimé que les étudiants d’aujourd’hui passeraient par 8 ou 10 emplois différents avant leurs 38 ans ! Les établissements d’enseignement supérieur comme les centres de formation professionnelle vont donc jouer un rôle considérable dans la capacité d’adaptation rapide des professionnels aux (nombreux) changements de métiers qui s’annoncent…

La robotisation, l’intelligence artificielle et la transition numérique sont déjà en train de transformer profondément notre manière de travailler, de penser, de vivre. Il est donc plus qu’urgent de proposer des solutions de gestion de la formation adaptées et performantes pour résoudre dès aujourd’hui les problématiques de demain.

Investir dans le développement continu des compétences pour développer les talents est sans aucun doute la priorité absolue, aussi bien pour les entreprises que pour les salariés. Toutes les parties prenantes impliquées dans la formation l’ont bien compris et cette dynamique s’accélère sous l’effet de la Loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel.

Gérer efficacement la formation tout au long de la vie exige des logiciels adaptés

Comment anticiper les besoins en compétences à venir ? A l’instar de Schneider Electric, Véolia ou encore Sodexo, une vingtaine de grandes entreprises se lancent dans la formation d’apprentis et la création de CFA, et prennent les devants pour répondre durablement à leurs besoins en matière de compétences. Leur objectif : faire converger formation continue et alternance pour former des apprentis sur des métiers spécifiques en profitant de la réforme de la formation pour créer leur propre CFA. Un tel dispositif exige une organisation dédiée et une efficacité dans la gestion des processus pédagogiques et administratifs. Il est donc vital de s’équiper de solutions parfaitement adaptées et notamment d’un logiciel de gestion de la formation en entreprise centré sur le développement des compétences.

Un logiciel unique pour gérer les compétences de manière transversale

La digitalisation permet également de repositionner les collaborateurs en tant qu’acteurs de leur parcours de formation. Pour cela, il faut appliquer les nouveaux usages de la révolution numérique…

Grâce à la diffusion des offres de formation disponibles via un portail en ligne, les managers et les collaborateurs peuvent consulter eux-mêmes les offres déjà structurées (organismes et programmes déjà identifiés par la direction formation). Dès la phase de recueil des besoins, les collaborateurs sont mobilisés, ce qui renforce leur implication : leur engagement dans la formation est plus fort et les politiques de formation interne sont plus efficaces.